Rêveries

Confidences sur l’oreiller

27 août 2017

– Tu finiras seule, Daphnée.
Elle se retourna, pencha la tête légèrement sur le côté et lui demanda d’un regard qui laissait présager que cette idée l’avait déjà traversée :
– Que vas-tu t’imaginer ?
– Seule. Comme un animal sauvage épris de liberté.
– Et sur quels critères peux-tu t’appuyer ?
– Au fil des années, j’ai vu ton cœur se fermer. Aujourd’hui, tu fuis tout ce qui essaye de t’approcher.
– As-tu déjà pensé que ça puisse être une conséquence de notre société ? Cette société du jetable, de l’interchangeable où la femme est consommable…
– Désirée.
– Possédée. Comme un objet.
– Tu fais des généralités …
– Tu sais je l’ai aimé. Avec passion, intensité et volupté. Des nuits j’ai veillé. Du bout des doigts sa peau j’ai effleuré, repoussant Morphée pour profiter de chaque minute à ses côtés.
– Et … ?
– Et il s’est envolé, laissant derrière lui un goût d’inachevé.
– Oh, un de perdu, dix de retrouvés.
Elle esquissa un léger sourire sur le côté. Sa façon de signifier qu’elle n’avait plus envie de parler. Et elle tourna sa tête vers la fenêtre.
– Daphnée, quelqu’un t’attend quelque part. Quelqu’un de bien.
Absorbée dans ses pensées, elle regardait le jour se lever et colorer la ville de ses rayons orangés. Quand elle en eût assez, elle se tourna vers lui et lui dit :
– Je sais.
 Il connaissait ce regard… Figé, calme et résigné.
Il avait eu le même, il y a quelques années, quand sa femme l’avait quitté. Mais il savait que ça passerait, qu’avec le temps elle pardonnerait, et que ses yeux se remettraient à briller.

Vous Aimerez Également