Interview D-plumée

Itw D-plumée : Damien Gateau

20 novembre 2016
Damien Gateau

Nom: Damien Gateau
Age : 49 ans
Surnom : Tonton Gateau
Profession : Marchand de plaisir
Passions : Vin, gastronomie, art contemporain, BD.
Lieu de résidence : Lyon 3ème.

QUEL EST :

1-Votre ou vos vins préférés ?
Tout dépend du moment car chaque instant amène un vin.
Il y a le vin blanc vif du matin, le vin pour méditer, le vin qui nous permet de connaître une l’ivresse…
J’aime le côté désaltérant du vin. A mon sens, le vin est fait pour être bu, pas intellectualisé.
Je préfère vendre des bouteilles qui seront bues plutôt que collectionnées.
Donc mon vin préféré c’est le verre qui en appelle un deuxième.
La bouteille vide en résumé.

2- Votre plat préféré et/ou madeleine de Proust ?
Le poulet rôti parce que c’est un plat qui s’accorde avec tout et qui s’adapte à toute sorte de vins.
La chair est à la fois goûteuse et passe partout. Avec des frites, c’est parfait !
J’ai souvenir du Kiri que je mangeais nature ou au jambon quand j’étais petit.

3-Votre petit péché mignon, le truc dont vous ne pourriez pas vous passer ?
Au quotidien les Winston ! (cigarettes).
Sinon, je me laisse facilement tenter par des Car en Sac ou une barre infernale à la pistache de chez Pralus.

4- Le plat que vous préférez cuisiner ?
Quand j’ai du monde, je fais souvent un poulet rôti ou un gigot d’agneau.
Ce sont des plats simples, que je maîtrise et qui surtout me permettent d’être à table avec mes invités.

5- Le truc dont vous ne pourriez pas vous passer en cuisine ?
Tout ce qui est condiment et exhausteur de goût tels que l’huile, le vinaigre, le sel et le poivre.
Avec une préférence pour le vinaigre et la fraîcheur qu’il peut apporter à un plat.

6- Qu’appréciez-vous dans la Cuisine ?
L’auberge au sens étymologique du terme, la convivialité, le partage.
Le plaisir solitaire parfois.

« Gamin, mon plaisir était de découvrir un nouveau cru »

7- Votre parcours ?
Plutôt chaotique. J’étais ce qu’on appelle un mauvais élève.
J’ai passé un diplôme équivalent au bac avec une influence plutôt commerciale.
Après, j’ai fait mon service militaire et je suis rentré dans la vie active.
J’ai commencé à travailler dans des boîtes de nuit.
Pour l’anecdote, je suis le petit dernier d’une famille de 7 enfants. Mes parents n’étaient pas particulièrement tournés vers les métiers de bouche mais très tôt j’ai développé une passion pour le vin. Gamin, dès que j’avais un peu d’argent, mon plaisir était de découvrir un nouveau cru. Donc c’est assez naturellement que je me suis tourné vers l’univers de la restauration. Et une rencontre en entraînant une autre, j’ai petit à petit intégré le milieu. Jusqu’au jour où on a pensé à moi pour donner des cours à l’Institut Paul Bocuse.

« Désacraliser et banaliser la question du vin »

8- Votre rôle à l’Institut Paul Bocuse ?
J’enseignais la géographie viticole et l’initiation à la dégustation.
Le vin est une matière noble en restauration et dans l’hôtellerie. De mon côté, j’ai essayé de décomplexer mes élèves sur le produit. De désacraliser et banaliser la question du vin. D’ôter la vision institutionnelle du service tendu avec une main derrière le dos. Au contraire,  il faut avoir une approche conviviale, être curieux et ne pas avoir de préjugés. Il y a des bons vins partout, et ce, même en Europe. C’est important d’avoir cette vision internationale du produit.

9-Aujourd’hui, votre semaine type ?
Je vais chez les vignerons avec lesquels je travaille. En moyenne, une fois par semaine en Bourgogne et une fois par semaine en Vallée du Rhône. Je vais également à la découverte de nouveaux vins. Recherche spontanée ou parce que j’ai été contacté par un vigneron.
Je livre mes clients et déjeune chez eux. Je peux également les aider à confectionner leur carte des vins. Et j’organise une fois par mois des dégustations.

10-La Manufacture ?
En fait j’avais besoin de locaux et il s’avère que je suis tombé sur un local à la Croix-rousse bénéficiant d’une vitrine.
Je n’avais pas l’idée de monter une épicerie, d’autant plus que la rue n’est pas passante, mais ça a été l’occasion de proposer mes produits aux particuliers. Un petit plus. Mais en réalité, il s’agit plutôt d’un showroom qui me permet de montrer et de faire goûter à mes clients ce que je vends.

11- Vos choix en matière de produits d’épicerie ?
Ici encore, le hasard des rencontres et l’envie de promouvoir les bons produits.
Les produits de conserverie de Françoise Fleuriet en sont un bel exemple.

12- Pourquoi Lyon ?
Parce que j’y suis né. Ma famille est arrivée dans les années 60. Je suis donc très attaché à Lyon, même si professionnellement pour le vin ce n’est pas le plus évident.

13- Un ou plusieurs établissements lyonnais qui vous ont marqué et que vous recommanderiez ?
Le Potager des Halles, mon bol d’air du samedi.
Le Café Sillon, la Bijouterie, la Cave des Voyageurs, Wee-An, le Kitchen Café, le Passe-Temps, En Mets fait ce qu’il te plaît.
Enfant, Léon de Lyon. Et feu Poivre d’Ane et le Palégrié.

14- Un restaurant que vous aimeriez tester ?
Globalement j’aimerais découvrir la culture culinaire japonaise.

15-Votre leitmotiv dans la vie et/ou une citation qui vous inspire ?
Etre sobre c’est boire bon.

16- Un livre ou un auteur qui vous inspire ?
Tarendol de Barjavel.
Les BD Lefranc, de Dupuy-Berberian, Blake et Mortimer, Tintin.
Des choses assez basiques en somme car je lis peu. Certains associent la lecture à la détente. Personnellement, je préfère regarder une série à la télé ou un vieil Audiard pour m’évader.

17- Vos projets pour demain et/ou un rêve que vous souhaiteriez réaliser ?
Ne rien changer.

La Manufacture Damien Gateau
14, Rue Roussy
69004 Lyon

Tél : 04 78 30 82 41
Web : http://www.dgvs.fr

Vous Aimerez Également