Rêveries

La Nuit, les Quais

15 mars 2015

J’aime courir la nuit,
Quand la ville s’assoupit.
J’aime partir sur les quais,
Une fois la nuit tombée.
Descendre les escaliers, distancer quelques contrebandiers, traverser la fanfare et marcher.
Chaque pas m’éloignant un peu plus de la ville et de son rayonnement.

Peu à peu je deviens plus sensible,
Aux embruns, qui me rappellent l’air marin.
A la force des eaux que je vois tourbillonner et se jeter sur des géants de pierre millénaire.
Aux lumières de la nuit qui viennent se refléter sur les eaux mouvementées.
Jusqu’à me retrouver seule, contemplative, face au spectacle qui m’est donné.

Quel beau paysage que je croise le soir,
Telle une peinture, une œuvre d’art.
Qui a toujours le même portait mais jamais le même reflet.
Longtemps j’ai essayé d’immortaliser cette beauté par quelques clichés.
En vain, il y a des beautés qu’on ne peut pas capturer et dont il faut profiter à l’instant T.
Des beautés volatiles qui se font désirer et que je retrouve chaque soir avec le même enthousiasme et la même sensibilité.

En marchant il y a un jeu que j’affectionne particulièrement.
Je regarde les habitations éclairées au loin et j’essaye d’imaginer les scènes de vie qui peuvent s’y dérouler.
Et une maison attire particulièrement mon attention.
Elle est située très en hauteur, sur un rocher.
Majestueuse, elle surplombe la vallée mais je ne l’ai encore jamais vu éclairée.
C’est amusant mais j’ai comme le sentiment qu’un grand mystère se cache derrière ces murs de pierre recouvert de lierre.

Et puis vint le moment de se retourner et de rentrer.
D’apercevoir au loin la ville et ses bâtiments sublimés par l’astre lumineux qui se reflète sur eux.
Et la ville s’approcher.
Pas à pas le calme disparaît et la fanfare renaît.
Je remonte les escaliers, parfois avec regret.
Demain sera une autre journée, remplie du rire de mes collègues et amis face à mes pitreries.
Je m’en vais retrouver leur douce bienveillance et leur familiarité.
Et à la nuit tombée je retournerai en direction des quais, je descendrai les escaliers, distancerai quelques contrebandiers, traverserai la fanfare et je marcherai.

Vous Aimerez Également