Rêveries

Les Voisins

6 juin 2017

Discrets mais pas anodins,
Les voisins.
Des êtres que l’on peut croiser pendant des années,
Sur le palier, au détour d’un escalier, en tenant la porte d’entrée…
Quelques mots bienveillants échangés,
Un sourire fait cordialement.
Pourquoi ?
Parce qu’on habite sous le même toit.
Et puis un jour, la maison brûle.
Créant un élan de solidarité et forçant les étages à se regrouper.
La peur passée, l’envie de se revoir à l’abri du danger.
Un jour férié, autour d’un verre pour festoyer.
Puis tour à tour se présenter.
A ce moment, on apprend que la voisine que l’on croisait régulièrement et dont on admirait le sourire et le caractère a vaincu un cancer l’année dernière.
Qu’une veuve que l’on croyait joyeuse, vit dans le regret de son mari et se couche chaque soir en pensant à lui, le regard tourné en direction du cimetière de Fourvière.
D’un homme que l’on croyait notable et dont on admire la réussite et la bonne volonté en apprenant qu’il a commencé jardinier.
Cette journée c’était hier.
Je n’ai aujourd’hui pas le même regard sur les âmes qui arpentent les allées.
Ce n’est pas anodin de vivre sous un toit commun.
Si on le veut bien, ça crée des liens.
Des services que l’on peut mutuellement s’apporter.
Garder un enfant blessé si sa mère doit s’absenter,
Proposer à une veuve dont les amis sont décédés de jouer à des jeux de société,
La liste est longue, vous vous en doutez.
Mais plutôt que de prendre l’ascenseur jusqu’au rez-de-chaussée,
Prenez le temps d’aller voir sur les paliers.
Souvent de belles histoires de vie vous seront contées.

Vous Aimerez Également